• Accueil
  • Blog
  • Alain Bolle: «A Genève, 110 personnes seront à la rue fin janvier»

Alain Bolle: «A Genève, 110 personnes seront à la rue fin janvier»

Sleep-in 110 personnes seront à la rue fin janvier

Quatre des six «sleep-in», lieux d'accueil d'urgence pour sans-abri, devront fermer à la fin du mois faute de financement. Un non-sens pour le directeur du Centre social protestant, qui espère un sursaut de solidarité 

L'annonce est tombée comme un couperet. A Genève, quatre des six lieux d'accueil d'urgence mis en place par le Collectif d'associations pour l'urgence sociale (Cause) devront fermer à la fin du mois faute de moyens financiers, a révélé la Tribune de Genève le 6 janvier. Quelque 140 sans-abri y sont actuellement hébergés. Seuls l'espace réservé aux femmes et celui destiné aux personnes consommatrices de drogues dans les locaux du Quai 9 demeureront ouverts. Déplorant l'impasse actuelle, Alain Bolle, directeur du Centre social protestant (CSP) et membre du Cause, qui coordonne les hébergements, critique le bricolage permanent en matière d'accueil des plus précaires.

Fermer des abris en plein hiver, comment en est-on arrivé là ?


C'est le résultat d'une politique bricolée au coup par coup depuis de nombreuses années. Les structures ont à peine le temps de trouver leur rythme que leur survie est menacée. A la longue, c'est usant et contre-productif tant pour les bénéficiaires que pour les collaborateurs. Le dispositif de nuit, composé de six lieux d'accueil d'urgence prêtés par l'Eglise protestante, par l'Etat et par une association, est un complément aux abris de la protection civile (PC) de la ville de Genève. S'il reste un rempart au froid, l'hébergement en sous-sol n'est pas adapté à des personnes déjà très vulnérables physiquement et psychiquement. De petites structures, même spartiates comme c'est le cas actuellement, sont au contraire plus adaptées. La ville le sait et soutient notre dispositif. Au printemps, le Conseil municipal a voté un crédit de 1,8 million de francs, auquel s'est ajoutée une rallonge de la ville de 400 000 francs qui ont couvert les charges pour 2019. Pour 2020, la ville nous accorde un budget d'un million. Ce montant couvre partiellement les charges. Cela nous permet de tenir jusqu'à fin janvier, mais pas au-delà

Lire la suite sur Le Temps

Ville de Genève - Des militants occupent un centre...
SUISSE - La pauvreté a progressé de 10% en un an

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Invité
mardi 31 mars 2020

Image Captcha


Copyright 2018 - 2020 © SOS Cottage - Tous droits réservés